BlogMobile

La puce open-source qui peut ĂȘtre le Linux des processeurs

La puce open-source qui peut ĂȘtre le Linux des processeurs

La puce open-source qui peut ĂȘtre le Linux des processeurs

Le RISC-V est un processeur open source, conçu pour combler un espace vide depuis trop longtemps.

L’open source est dans plus d’endroits que vous ne le pensez; Sur votre smartphone, sur votre ordinateur, dans votre navigateur, sur votre site Web prĂ©fĂ©rĂ©, mais ce n’est pas dans votre processeur, dans votre mĂ©moire ou dans votre graphique.

Le concept open source n’a jamais Ă©tĂ© aussi rĂ©ussi dans le secteur du matĂ©riel que dans celui du logiciel. Il existe de nombreuses façons d’expliquer cela, mais la plus simple Ă  comprendre est peut-ĂȘtre que n’importe qui peut copier, exĂ©cuter et crĂ©er des logiciels libres, mais il est beaucoup plus difficile de crĂ©er du matĂ©riel gratuit.

RISC-V, le processeur open source

Non pas qu’il n’y ait eu aucune tentative. Mais le RISC-V est probablement celui qui a le plus de potentiel; au point qu’il pourrait s’agir d’un concurrent Ă  envisager face Ă  Intel, AMD ou Qualcomm.

Le projet RISC-V a Ă©tĂ© crĂ©Ă© Ă  l’UniversitĂ© de Californie en 2010; est un ensemble d’instructions qui peut ĂȘtre utilisĂ© par n’importe qui pour crĂ©er son propre processeur. Ce n’est pas le premier du genre, mais c’est le premier conçu pour les besoins d’aujourd’hui.

Un processeur RISC-V peut ĂȘtre utilisĂ© dans serveurs, systĂšmes embarquĂ©s, voire smartphones. Bref, des travaux pour lesquels il faut ne pas dĂ©penser trop d’Ă©nergie, mais offrir de belles performances quand c’est nĂ©cessaire.

C’est pourquoi de nombreuses entreprises se sont intĂ©ressĂ©es Ă  utiliser cette architecture dans leurs projets internes. Des noms comme Google, Nvidia ou Microsoft en font partie, mais aucun n’a fabriquĂ© et vendu une puce RISC-V. Un logiciel pour la puce a Ă©galement Ă©tĂ© dĂ©veloppĂ©, comme une version de Linux.

La startup qui veut faire la mĂȘme chose que Linux, mais en matĂ©riel

GrĂące Ă  la publication de RISC-V, plusieurs projets sont nĂ©s pour faire de ces puces une rĂ©alitĂ©. Parmi tous, la startup SiFive prĂ©tend ĂȘtre le premier Ă  avoir crĂ©Ă© de vĂ©ritables puces en silicium Ă  partir de RISC-V, et le premier Ă  proposer des puces dans le commerce.

Au dĂ©part, deux puces seront crĂ©Ă©es avec cette architecture. Le Coreplex E31 est conçu pour les appareils Internet des objets, les appareils portables et autres appareils oĂč la gestion de l’Ă©nergie est vitale. De son cĂŽtĂ©, le Coreplex E51 est de 64 bits et offre de la puissance pour les serveurs et les pĂ©riphĂ©riques rĂ©seau et de stockage.

La comparaison avec Linux n’est pas par hasard. Le schĂ©ma mĂ©tier est trĂšs similaire Ă  celui utilisĂ© par les distributions Linux comme Red Hat; SiFive accordera une licence aux puces pour un montant fixe, et par la suite ne facturera pas de redevances comme le font les autres fabricants. Le client est libre de faire ce qu’il veut avec les puces, mais Ă©videmment le support est payĂ©.

L’idĂ©e (et l’idĂ©al) de Linux peut-elle rĂ©ussir dans le secteur du matĂ©riel?

Bouton retour en haut de la page

Blocage d'annonces détecté

Vous devez supprimer le AD BLOCKER pour continuer Ă  utiliser notre site MERCI