Blog

Un réseau social public pour informer les citoyens? Absolument pas

Un réseau social public pour informer les citoyens? Absolument pas

Un réseau social public pour informer les citoyens? Absolument pas

Les citoyens attachent de plus en plus d’importance aux rĂ©seaux sociaux pour s’informer de l’actualitĂ©. Les journaux, la tĂ©lĂ©vision et la radio continuent de maintenir leur influence; Mais l’environnement numĂ©rique progresse de manière imparable. L’abandon de certaines publications imprimĂ©es et l’augmentation du nombre de sites d’information confirment ce changement. Certains ont dĂ©jĂ  pensĂ© Ă  la possibilitĂ© de dĂ©velopper des rĂ©seaux sociaux publics; Mais c’est une question qui gĂ©nère de nombreux dĂ©bats.

Un réseau social public?

Jeremy Corbyn, leader de l’opposition au Royaume-Uni, a proposĂ© la crĂ©ation d’une British Digital Corporation (BDC). Cette entitĂ© cherchera Ă  dĂ©velopper un RĂ©seau social public capable de transmettre des informations et des divertissements.Tout cela avec l’intention de rivaliser avec Netflix, Facebook, Amazon ou Google.

Le politicien a déclaré que la BDC serait une association sœur de la BBC, puisque cette dernière est également de nature publique. En ce sens, BDC aussifaire bon usage des données des utilisateurs, dans une allusion indirecte à Facebook pour le traitement des données.

Le dilemme des fausses nouvelles

Aujourd’hui, une multitude de personnes s’informent via les rĂ©seaux sociaux, ce qui crĂ©e parfois des situations prĂ©judiciables aux citoyens. Facebook en est un exemple avec les fausses nouvelles bien connues, une situation que Corbyn semble vouloir rĂ©soudre avec un rĂ©seau social public.

Dans un monde idĂ©al, nous serions tous objectifs Ă  100%, mais cela me semble une utopie. Je ne suis pas favorable Ă  l’information uniquement via les rĂ©seaux sociaux, bien que je le fasse en complĂ©ment. Pourquoi Pour la simple raison que de nombreux sites Web recherchent le clic de l’utilisateur pour enregistrer la pièce dans sa poche. La vĂ©racitĂ© n’a gĂ©nĂ©ralement pas trop d’importance, une grave erreur, car le journalisme essaie de communiquer ce qui s’est passĂ©.

Le journalisme aux mains des États

Compte tenu du manque d’objectivitĂ©, les informations du secteur public ne me semblent pas intĂ©ressantes. D’une part, l’existence de mĂ©dias publics est logique, puisque chaque citoyen doit avoir le droit Ă  l’information. D’un autre cĂ´tĂ©, je pense que c’est le les informations les plus biaisĂ©es qui existent.

Si les dirigeants d’un pays veulent que leurs citoyens soient bien informĂ©s, ils doivent d’abord amĂ©liorer les systèmes actuels avant d’en crĂ©er de nouveaux dans l’environnement numĂ©rique. Une autre option consiste Ă  crĂ©er un RĂ©seau social contrĂ´lĂ© par l’utilisateur; c’est-Ă -dire un espace dans lequel ils peuvent voter sur les sujets dont ils souhaitent recevoir des informations. Ă€ quoi sert de se dĂ©barrasser du joug de Facebook, de Google et de l’entreprise si plus tard vous ĂŞtes Ă  la merci des autres?

Mesure injuste sur les réseaux sociaux

Corbyn ne semble pas comprendre que les problèmes qui existent en rĂ©alitĂ© ont Ă©galement une prĂ©sence sur le rĂ©seau. Jetez un coup d’Ĺ“il Ă  n’importe quel rĂ©seau social connu pour observer le mĂ©contentement des utilisateurs avec leurs restrictions. Pourquoi clĂ´turent-ils mon compte et celui-ci ne le fait pas?. Vous avez sĂ»rement vu ces plaintes de vos propres yeux, certaines mĂŞme dans vos propres viandes.

Certains sites d’information sur Facebook souffrent Ă©galement de la marginalisation de ne pas pouvoir voir leurs articles sur le rĂ©seau social. Ce que je veux dire par lĂ , c’est que les sanctions sont parfois injustes. Les rĂ©seaux sociaux sont reprĂ©sentĂ©s comme le juge qui prononce la sentence finale; De mĂŞme, les États dĂ©cident de ce qui apparaĂ®t et de ce qui n’apparaĂ®t pas dans leurs mĂ©dias.

Par consĂ©quent, si un État souhaite ouvrir un rĂ©seau social, il est libre de le faire; Mais, je ne pense pas qu’il devrait ĂŞtre vendu comme la solution aux fausses nouvelles et Ă  la mise en Ĺ“uvre d’une objectivitĂ© supĂ©rieure, car cela induirait en erreur la population. La chose la plus bĂ©nĂ©fique pour le citoyen est de puiser dans diverses sources d’information et non de s’en tenir Ă  un seul domaine.

Peu importe que nous parlions de tĂ©lĂ©vision, de radio ou de presse en ligne. Peu importe que les mĂ©dias appartiennent au secteur public ou privĂ©, si ce que vous voulez, c’est ĂŞtre bien informĂ©, profitez de toutes les sources dont vous disposez, aujourd’hui innombrables.

Photo en vedette: Pixelkut sur Pixabay.

Bouton retour en haut de la page

Blocage d'annonces détecté

Vous devez supprimer le AD BLOCKER pour continuer Ă  utiliser notre site MERCI